FRANCE-LIBYA-SLAVERY-DEMO

Esclavage en Libye : quid de la médiatisation ?

lun 20/11/2017

C’est un reportage de la chaîne américaine CNN, diffusé lundi 13 novembre et montrant une vidéo d’une vente aux enchères d’êtres humains en Libye, où des migrants africains sont vendus pour quelques centaines d’euros, qui a révélé au grand public ces pratiques esclavagistes et déclenché l’indignation collective de la communauté internationale.

Suite à la diffusion de cette vidéo choc, la presse française s’est elle aussi emparée du sujet. Parmi les termes utilisés pour désigner ces pratiques que l’on croyait révolues : « marché aux esclaves », « traite d’humains », « esclavage des temps modernes », « pratiques d’un autre temps ». Autant d’expressions qui révèlent l’étonnement général d’un public occidental pour qui l’esclavage relève du passé.

De même, la description dans les médias de la situation des migrants en Libye a de quoi faire froid dans le dos : « capturés », « enlèvements et tortures », « entassés dans des centres de détention », « tués ou abandonnés à leur sort », « enfer »…

Cet enfer et ces conditions de vie épouvantables que rapportent les médias français avaient déjà été dénoncés auparavant par d’autres acteurs de la société civile : l’Organisation internationale pour les migrations et le haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme signalaient il y a plusieurs mois déjà ces pratiques chez les passeurs de migrants et leur recrudescence suite à la fermeture du passage maritime entre la Libye et l’Italie, piégeant les migrants sur le sol libyen, à la merci des esclavagistes.

Un sujet tabou qui commence seulement à être traité par les médias occidentaux… Mais l’affaire s’annonce encore plus délicate en Libye, où les journalistes risquent leur vie pour informer et sont souvent victimes de divers crimes et exactions à leur encontre. Pour rappel, au classement mondial de la liberté de la presse 2017 édicté par Reporters Sans Frontières, la Libye est 163ème… sur 180 pays.

 

Sources : Le Monde, Le Figaro, Le Parisien, Le Point

a b