costentin_blandine

D’où vient l’info ?

mar 13/03/2018

Quand j’étais ado dans les années 80, internet était balbutiant, les réseaux sociaux n’existaient pas et pourtant, nous aussi, nous avions nos fake news. On parlait de la rumeur, “le plus vieux média du monde”. Je me souviens des décalcomanies au LSD, d’une actrice soupçonnée d’être atteinte d’une maladie grave et perçue comme honteuse, d’un fantôme censé se matérialiser dans tel pont à la sortie de la ville. C’était sûr, c’était vrai, untel l’avait entendu à la télé et ça nous faisait tellement plaisir d’y croire.

Et puis, nous avons grandi, ces histoires nous ont paru dérisoires. Nous avons pour beaucoup fait des études. Nous nous pensions vaccinés contre la crédulité.

Aujourd’hui, les fausses nouvelles sont produites à une échelle quasi industrielle. Les « bruits qui courent », savamment orchestrés, visent à influencer des scrutins, salir l’image de personnalités publiques, répandre ou orchestrer des sentiments de haine, de peur, de rejet, satisfaire des sentiments peu flatteurs comme la jalousie ou la cruauté. Facebook, Twitter, Youtube… où l’on like et partage sans lire, où l’on commente sans comprendre en sont les vecteurs.

Dans le dernier baromètre des médias publié par La Croix en janvier 2018, 37% des personnes interrogées ne savent pas précisément quelle est la source des informations qu’elles consultent sur internet. La proportion monte à 66% chez les plus âgés, 82% chez les moins diplômés. Il se dessine « une fracture par âge et classe sociale » relève la coordinatrice de l’enquête pour Kantar Sofres.

La lutte contre les fausses informations, sous toutes leurs formes, est donc bien un combat en faveur de l’éducation en général. Pas juste l’affaire de « journalistes bobo bien pensants » comme certains aiment les désigner. Sens critique contre théorie du complot, compréhension des mécanismes de l’information contre « vu sur Youtube ! », goût pour l’échange contre repli sur soi.

C’est pourquoi, chaque jour, des enseignants ouvrent le débat avec leurs élèves. C’est pourquoi aussi le Club de la presse de Strasbourg Europe s’associe à la « Semaine de la presse à l’école », du 19 au 24 mars, pour dialoguer avec ces jeunes, les interroger sur leurs pratiques, répondre à leurs questions, en toute humilité, en toute transparence. Le thème, cette année : « D’où vient l’info ? ». Tout un programme !

 

Blandine COSTENTIN
Journaliste coordinatrice numérique Grand Est
Francebleu.fr
Blandine.COSTENTIN@radiofrance.com

a b