Bureau PP - Web - ©GuillaumeBouvy

PIGISTE, C’EST-À-DIRE ?

lun 29/10/2018

COUP DE PROJECTEUR

Bénédicte WEISS et Marie LUFF, pigistes, membres du Club de la presse Strasbourg Europe et organisatrices des Apéros pigistes viennent respectivement d’être élues coprésidente et secrétaire de l’association PROFESSION : PIGISTE. Une bonne occasion pour leur donner la parole :

PIGISTE, C’EST-À-DIRE ?

« Ah, vous êtes pigiste… » Combien de fois avons-nous entendu cette phrase, prononcée sur un ton déçu à l’image de « ah, vous êtes stagiaire… » Alors autant tout de suite poser les choses : un.e pigiste est un.e journaliste professionnel.le comme un.e autre. Avec le même métier, la même manière de travailler, la même déontologie.

Côté rémunération, c’est pareil : bien que souvent qualifié.e.s d’« indépendant.e.s », les pigistes sont salarié.e.s et relèvent de la même convention collective que leurs collègues en poste. La seule différence réside dans le fait que les pigistes ne touchent pas chaque mois le même salaire d’un seul et même employeur, mais reçoivent une fiche de paie pour chacun de leurs employeurs, dont le montant est défini en fonction du volume de texte,
d’images ou de sons publiés dans le mois.

Arrivé.e à cette ligne, peut-être vous demandez-vous pourquoi nous écrivons cela ? Lire que tous les journalistes en France ont les mêmes droits et respectent les mêmes règles ne semble après tout guère original. Et puis cette histoire de fiche de paie… Pourtant, nous (au sens des pigistes de France et de Navarre) devons sans cesse le rappeler à certains médias, qui jouent sur le mot « indépendant.e » pour nous payer illégalement sur facture plutôt qu’en salaire, car cela est plus rentable pour eux. « La crise de la presse, vous comprenez… »

Pour échanger sur cette difficulté, mais aussi sur des contraintes administratives (il n’est pas toujours aisé de faire comprendre à ses interlocuteurs et interlocutrices ce qu’est ce mode de rémunération en dents de scie – puisqu’en fonction du volume produit, forcément différent chaque mois) ou tout simplement pour se retrouver et parler projets communs, une association, Profession : Pigiste, est née en l’an 2000. C’est avec elle que nous organisons depuis fin 2016 des « apéros-pigistes » au Club de la presse pour regrouper les pigistes de Strasbourg et environs. C’est aussi elle qui a organisé ici, en 2015, les « 48H européennes de la pige ». C’est enfin son bureau national que nous avons rejoint le 6 octobre, en qualité de coprésidente et de secrétaire.

Pour toutes ces raisons nous vous proposons le 12 décembre prochain, à midi, un atelier détaillant la pige (Quid de ce mode de rémunération ? Quelles relations avec nos rédactions ? Comment nous organisons-nous pour travailler pour plusieurs médias à la fois ? Lorsque nous assistons à une conférence de presse ou réalisons une interview en vue de proposer un sujet à un média, que se passe-t-il ensuite ? Etc.). Si vous êtes journaliste mensualisé.e en rédaction et souhaitez mieux découvrir le quotidien de ces collègues multi-casquettes travaillant à la maison ou en bureau partagé, si vous travaillez dans les métiers de la communication et voulez décrypter ce que sont ces objets reporters non identifiés qui vous contactent régulièrement, ou si vous êtes tout simplement curieux.se, vous êtes les bienvenu.e.s !

Bénédicte WEISS, co-présidente
beweiss@protonmail.com
et Marie LUFF, secrétaire de Profession : Pigiste
luff.marie@gmail.com
Le bureau de Profession : Pigiste de g. à d. : L. Loncle (vice-trésorière), M. Luff (secrétaire), B. Weiss (coprésidente), J. Franchi (trésorier) et L. Tourette (coprésidente). Manque L. Bonnet-Mundschau, vice-secrétaire
© Guillaume Bouvy

 

a b