Bandeau-Facebook-Trump

ENPRESSE Illustrations d’Adria Fruitos

lun 21/08/2017

« Des idées toujours intelligentes, des réalisations rapides et efficaces, un sens du graphisme puissant et une parfaite maîtrise des équilibres chromatiques. Avec les illustrations d’Adrià, on sait que le lecteur s’arrêtera sur la page. » – C Laffitte. Directrice Artistique, Le Monde.

Adrià Fruitos fait partie de la relève des dessinateurs presse, et il est l’un des plus talentueux de sa génération. 32 ans, installé à Strasbourg depuis une dizaine d’années, il travaille pour la presse nationale et internationale. Ses clients sont Le Monde, The Boston Globe, L’Obs, Revue XXI, The Washington Post, etc. Ses images sont fortes et belles, d’une lecture rapide et d’une efficacité redoutable. Des symboles forts, beaucoup d’humour et une palette de couleurs très contrastée sont la signature de cet artiste à l’esthétique graphique immédiatement identifiable.

Pour l’exposition «En Presse» l’illustrateur barcelonais Adrià Fruitos présente une cinquantaine d’illustrations issues pour la plupart de commandes de journaux et revues. Ces images accompagnent des articles traitant de l’actualité politique, économique et sociale française mais aussi internationale. A travers cette sélection Adrià Fruitos vous présente la grande diversité des thèmes qu’il a abordé ces dix dernières années : de l’élection de Trump aux Panama Papers en passant par l’interdiction du burkini sur certaines plages françaises.

Exposition ENPRESSE
du 6 au 23 septembre
SLOWGALERIE
5 rue JP Timbaud – 75011 PARIS
Vernissage le 6/9 à partir de 18h30

http://www.slowgalerie.com/fr/

TALENT : Adria Fruitos est intervenu dans le programme du Club de la presse Strasbourg Europe pour la Semaine de la presse à l’école 2016, et,  en 2017, le Club de la presse lui a consacré une exposition, avec l’illustratrice Marthe Pequignot.

« Haïku pour un dessinateur puncheur :
1- Dans la vie, il y a ceux qui illustrent et ceux qui creusent. Et lui, il creuse.
2- Avoir côtoyé en une seule vie des baleines, des flics homos, des chanteuses de la Nouvelle-Orléans, une justicière à Bombay ou encore Donald Trump est le signe d’une grande ouverture sur le monde. Ou d’une profonde schizophrénie.
3- Il s’appelle Adrià Fruitos, et c’est même pas un pseudo. »
- Romain Sublon. Rédacteur en chef de Cut la Revue.

« Pour moi le travail avec Adrià Fruitos est une recherche de rebond. Je lance ma demande avec les infos et hop il prend la balle au bond et il transforme cela en une belle image.C’est de l’énergie qui se transforme et s’enrichit de couleurs, de fantaisie, de beauté…Pour nos collaborations avec l’Obs il a su trouver avec patience, subtilité et un très grand intérêt pour tous les sujets une très belle mise en image. »
- Catherine Beaudoin. Directrice Artistique, Le Nouvel Obs.

 » Un vrai bonheur de travailler avec Adrià. La finesse du noir de sa plume illumine ses illustrations qui tombent justes, avec ce brin de surréalisme qui nous enchante comme un poème. »
- Sara Deux. Directrice Artistique, Revue XXI.

« Adria a dû réaliser une grosse dizaine de dessins pour la revue Terrain ces deux dernières années. L’appeler est toujours étonnamment relaxant. Il a la voix douce et posée d’un psychiatre ou d’un assistant sociale, bref la voix de ceux qui ont l’habitude de parler à des grenades dégoupillées, schizophrènes suicidaires ou directeurs artistiques le soir d’un bouclage. Adria écoute, pose les questions nécessaires, et seulement celles-là. Adrià est de toute façon l’illustrateur rêvé d’une revue de chercheurs. Il dessine comme on devrait penser, par rapprochements inattendus et en enlevant le superflu, rasoir d’Ockham en main. Son langage est épuré, conceptuel. Pas d’ornement : ce qu’il traque c’est la trouvaille, l’oxymore visuel qui fait tilt, l’eurêka… mais pour demain sans faute. »
- Emmanuel de Vienne. Anthropologue et rédacteur en chef, Revue Terrain.

« Les illustrations d’Adrià Fruitos nous aident à traverser d’un coup d’ailes, celles de l’humour et de la poésie, le passage parfois périlleux du texte jusqu’à l’idée. »
- G Lauraine. Directeur artistique, Le Monde.

a b