DSC_0005

Interview fleek
Joël Irion, Police Nationale67

mar 02/06/2015

 L’invité de cette semaine est une espèce rare : un  fleek,  mélange entre un flic et un geek …découvrez l’univers digital du CM et responsable communication de la Police Nationale67, Joël Irion :

 

Quel est l’objectif majeur de la stratégie de la Police Nationale 67 sur Twitter ?

Notre but est de créer une véritable relation entre la police et la population.
À travers Twitter, les gens se sentent autorisés à communiquer avec nous. Ils nous découvrent autrement et on se présente tel que l’on est. Nous passons aussi du virtuel au réel : on invite les twittos les plus actifs à des manifestations IRL. Pour les infos importantes, on préfère contacter d’abord les médias et après en communiquer sur Twitter. On tient beaucoup à notre collaboration avec les journalistes.

 

Votre veille sur Twitter est-elle exploitée par les services de police ?

Bien sûr, on ne peut pas s’afficher en tant que police nationale sans signaler les faits importants. Mais il faut bien noter qu’on n’est pas un service de police H24.

 

Faits divers, messages de prévention, appels à témoins, etc. vous vous distinguez par des tweets décalés. Est-il difficile d’intégrer ce type de messages dans la communication d’une institution policière ? Suivez-vous un processus de validation strict ?

L’humour n’était pas l’angle demandé, mais les gens aiment bien le coté décalé de notre compte et ils le respectent. Cependant s’agissant du compte de la police nationale, chaque tweet est un choix bien réfléchi. En ce qui concerne la validation, quand il s’agit d’une information à caractère judiciaire, l’avis d’enquêteurs est indispensable.

 

Pouvez-vous nous faire part des résultats de l’enquête « Qui sont les followers de @PNational67 ? » lancée un an après l’ouverture du compte ?

Ils sont 95,3 % à penser que la police nationale a sa place sur les réseaux sociaux. 76, 8% se sentent plus proche de la police grâce à notre compte. 73,8 % trouvent le compte interactif et 81 ,5% le recommanderait à leurs followers. Nos fans sont surtout intéressés par les faits divers, les infos insolites, les petites pointes d’humour et les appels à témoins et malheureusement peu intéressés par les information sur les carrières de la police et le recrutement.

 

 Quelle est votre formation ?  

J’ai une formation policière, mais je suis chargé de communication au sein de la police nationale 67. Je pense que je suis une entité qui se situe entre le flic et le geek : le FLEEK.

 

3 outils incontournables pour un CM :

Tweetdeck pour programmer les tweets.

 

 1 appli indispensable:

les applis Google.

 

  Twitto à suivre:

Tous les twittos sont à suivre, mais en tant qu’institution il faut qu’on respecte le principe de neutralité, donc on ne peut pas suivre tout le monde.

 

1 geek qui m’inspire:

Un ami proche qui, derrière le clavier, devient un autre. Un geek très talentueux d’ailleurs.

 

Ma source N°1 d’info:

Le site du Parisien, le site du BFMTV et le circuit interne.

 

  Mon lieu favori sur la Toile :

Le site de la préfecture et le site servicepublic.fr

 

Trois médias à suivre sur Facebook :

Les DNA, 20 minutes Strasbourg et BFMTV.

 

 Un LT memorable :

En direct sur une patrouille, nous sommes intervenus sur le vol d’une voiture. C’était incroyable, tous les médias nous ont suivi, même la presse écrite (Libé avait titré que la communication de la police était parfaitement maitrisée, mais il s ‘agissait vraiment d’un évènement spontané. On n’a rien calculé).

 

L’avenir du community management:

De plus en plus lumineux.

 

Une photo lol :

poulets

a b