Capture d’écran 2019-02-01 à 09.31.21

POUR UN SURSAUT ÉTHIQUE ET CITOYEN

ven 01/02/2019

POUR UN SURSAUT ÉTHIQUE ET CITOYEN

D’un côté il y a des journalistes pris à partie, insultés, menacés nominativement sur les réseaux sociaux, interpellés dans la rue, poursuivis, bousculés voire frappés par des manifestants ivres de haine. De l’autre des reporters, en majorité photojournalistes ou vidéastes, intimidés voire molestés par les forces de l’ordre, touchés parfois intentionnellement par des tirs de lanceurs de balles de défense (LBD), victimes collatérales d’une répression de la violence par la violence, illustrée par une politique de maintien de l’ordre qui a fait des centaines de blessés depuis la mi-novembre. Une société fracturée, des politiciens qui soufflent sur les braises, des relents extrémistes qui parcourent un mouvement social inédit et protéiforme, ce tableau dit tout de ce qu’est la France de 2019.

Depuis le 17 novembre dernier, et le début du mouvement des « gilets jaunes », le Syndicat national des journalistes (SNJ), première organisation de la profession, a recensé une centaine d’incidents plus ou moins graves, impliquant sur l’ensemble du territoire des consoeurs et confrères pris entre deux feux, et ayant le sentiment d’être devenus les boucs-émissaires de la société.  Alors qu’un vent mauvais souffle sur la liberté de la presse, le SNJ en appelle à un sursaut citoyen, dans les rangs de ce mouvement qui se revendique de la citoyenneté, et dans l’ensemble de la société.

Ce sursaut doit concerner tout autant les responsables politiques de tous bords qui justifient ces actes de violences, qui ont fait de la haine des médias leur fonds de commerce, mais qui ne rêvent de rien d’autre que d’une presse aux ordres. Ce sursaut doit concerner aussi les directions et les hiérarchies des médias, trop souvent complaisantes avec le sensationnalisme, au nom de la course à l’audience, au détriment de la réflexion journalistique. Ce sursaut doit concerner enfin la profession dans son ensemble, qui devra se donner les moyens à plus long terme, dans les prochains mois, de se remettre en question et de renouer le dialogue avec l’ensemble de la population. Militant de l’information, le journaliste se doit d’être au service du citoyen.

VINCENT LANIER
Premier secrétaire général du Syndicat National des Journalistes

snj@snj.fr
snj.fr
@SNJ_national

Les éditos jubilaires :
Septembre 2018 : Edito de D. Jung, DNA / Octobre 2018 : Édito de Gilles Chavanel / Novembre 2018 : Édito de StrasTV /  Décembre 2018 : Édito de Bernard Deck, L’Ami Hebdo / Janvier 2019 : Édito de Nicole Gauthier, CUEJ / Février 2019 : Édito SNJ

a b