Anne-Sophie MARTIN,
Rédactrice en chef à Top Music

anne-sophie.martin@topmusic.fr
– Quel est votre état d’esprit après 3 semaines de confinement ?
Après 3 semaines, je commence presque à m’habituer à ce confinement et à m’organiser. Je trouve mon rythme de croisière. Le confinement ne me pèse pas trop. La première semaine, j’étais plus inquiète face à cette situation inédite. A la fin de cette troisième semaine, il y avait des signes plus rassurants, comme lors de la dernière conférence de presse de l’ARS Grand Est de ce vendredi, où il y avait enfin des indicateurs plus positifs. L’info influe également sur notre moral. Comme le disait un psychologue :  quand on se sent en danger, chercher à s’informer est comme un réflexe de survie.

 – Comment s’est organisée votre rédaction ? Comment travaillez-vous ?
Tous les journalistes de la rédaction sont en télétravail : présentation des flashs et écriture d’articles pour notre site à la maison, les interviews se font par téléphone. On cale aussi des interviews pour les animateurs qui eux sont en direct dans le studio. Par mesure de précaution, ma direction a souhaité qu’il n’y ait qu’une seule personne physiquement en studio par tranche d’animation.  A l’antenne, on a privilégié le direct pour recueillir de nombreux témoignages :  des soignants, tous ceux qui travaillent sur le terrain “ces héros du quotidien”, des auditeurs qui nous racontent leur confinement, mais aussi des artistes de notre programmation nous ont raconté leur quotidien confiné. On a également privilégié l’interaction avec nos auditeurs, on a relayé énormément d’initiatives de solidarité et de bonnes idées pour s’évader un peu.

– Qu’avez-vous fait depuis 21 jours que vous n’aviez jamais fait avant ?
Les journées passent vite entre le travail de la rédaction et suivre les devoirs de mes enfants. On est dans un  moment où l’info est plus que jamais essentielle donc c’est aussi prenant. Pour la première fois, j’attends comme le père noël les défis que nous envoie la maîtresse pour occuper mon fils qui est en maternelle.  J’ai sûrement plus lu que d’habitude, j’ai ressorti des romans. C’est aussi une nécessité pour rompre
l’omni-présence des écrans et des réseaux.  J’ai testé aussi l’apéro virtuel avec des amis avec Zoom, ça a permis de retrouver un peu de joie ensemble.  
Et pour me ménager un sas de décompression, un nouveau rituel quasi quotidien en fin de journée, je cours une demi-heure.

 – Un dernier mot ?
Restez chez vous, gardez le moral. Patience encore même si on rêve tous du déconfinement. En attendant, portez-vous bien !

© Luc Bally
X