Laurène PHILIPPOT
Blogueuse Carnet d’escapades et Mon week-end en Alsace

laurene@web-escapades.fr



– Vous avez l’habitude de partager avec passion et enthousiasme vos voyages. Comment vivez-vous ce confinement ?

 


Je le vis plutôt bien. J’ai beaucoup de chance, j’habite une maison avec un jardin et suis confinée avec mon mari: nous avons des conditions privilégiées par rapport à de nombreuses autres personnes, nous sommes pour le moment en bonne santé et sommes conscients de cette chance. 

De plus, mon bureau est de toutes façons installé à la maison en temps normal: j’ai donc nettement moins été bouleversée dans mes habitudes que les personnes n’ayant pas l’habitude de télétravailler. Contrairement aux apparences, je ne suis de loin pas tout l’année en voyage: je voyage certes beaucoup mais suis également énormément à la maison pour travailler sur mes sites et créer du contenu pour mes clients. 

Le plus dur pour moi n’est pas de ne pas voyager mais, comme toutes les entreprises du secteur du tourisme, de ne pas savoir de quoi demain sera fait. Il est difficile à ce stade d’envisager très clairement la suite dans le secteur, nous avons trop d’incertitudes. En tant qu’entrepreneure, c’est stressant. Heureusement, j’ai toujours eu une gestion très prudente de la trésorerie de ma société et peux donc pour le moment faire le dos rond tout en avançant sur certains projets sur lesquels je n’avais pas assez de temps pour travailler auparavant. J’essaie de tirer le plus de positif possible de cette situation. 

Pour le côté physique, je fais en temps normal pas mal de sport et continue à en faire quotidiennement pour rester en forme et me sentir bien. J’ai un vélo d’appartement, un tapis de course et suis des cours de pilates en ligne ainsi que des ateliers de sophrologie. 

– Comment avez-vous adapté vos contenus pour rester en lien avec votre communauté ? 

Sur la page Facebook de mon blog Carnet d’escapades, je poste peu mais continue à partager au fur et à mesure les articles que je suis en train d’écrire sur mes voyages passés: certaines personnes n’ont pas envie de ce type de contenu en ce moment mais d’autres sont au contraire en demande “d’évasion virtuelle”, à chacun de choisir selon ses envies. 

Sur la page Mon week-end en Alsace, j’ai lancé les posts #AlsaceSolidaire: chaque jour ou presque, je partage l’initiative d’un producteur ou commerçant local afin d’essayer de lui donner un petit coup de pouce: de très nombreuses petites entreprises sont en danger alors, à mon tout petit niveau, j’essaie d’aider comme je peux!

Sur mon compte Instagram, je fais comme d’habitude quand je ne suis pas en voyage: je partage quelques instants de ma journée au gré de mes envies mais n’ai en rien besoin de l’alimenter à tout prix. L’idée n’a jamais été de détailler chaque moment de ma journée, cela ne m’intéresse pas du tout. Il y a juste nettement plus de contenu “cuisine” que d’habitude car je prends plaisir à me mettre davantage aux fourneaux, mais je vais aussi certainement partager bientôt quelques photos plus anciennes que je n’avais pas eu l’occasion de publier jusque là et que j’aime bien. 

– Avez-vous été sollicitée pour faire passer des messages de prévention #restezChezVous ? 

Non, je n’ai eu aucune sollicitation de la sorte.

– Le 9/4 le site VICE se demandait « les influenceurs survivront-ils à la quarantaine ? » qu’en pensez vous ? 

Honnêtement, ma première pensée a été la suivante “tiens, encore un article au titre “putaclic” sur la fin des influenceurs”. On en voit passer tellement régulièrement depuis tant d’années que je vous avoue que je ne les lis plus en général… Deuxième pensée après la lecture de l’article, je ne me sens absolument pas concernée par la réalité qui y est décrite, qui n’est heureusement pas le reflet du travail de tous les influenceurs. Je ne dis pas que ce qui est décrit n’existe pas, juste que je n’ai pas grand chose en commun avec ce type d’influenceurs. 

De mon côté, je gère des sites, je suis blogueuse avant d’être influenceuse et crée des contenus dans le secteur du tourisme, sans être moi-même un produit que l’on verrait partout et qui se sentirait obligée de faire des selfies devant chaque paysage ou de poster en continu sur les réseaux sociaux… Certes, mon activité est partiellement arrêtée, mais ce n’est pas spécifique à mon métier mais simplement au secteur dans lequel je travaille, le tourisme. Les mois et les années qui viennent risquent d’être difficiles pour les entreprises et institutions de ce secteur: nous devrons tous nous adapter, ce que je tenterai de faire au mieux. Certains survivront, d’autres pas, comme dans chaque crise. Affaire à suivre… 

– Pouvez-vous partager avec nous vos bonnes idées pour s’évader tout en restant confiné ? 

– Faire du sport chez soi: le Pilates me fait énormément de bien, tant mentalement que physiquement. Je pratique avec les cours en ligne de mon ami mulhousien Philippe Trzebiatowski de Pilates by Philippe
– Faire un atelier de sophrologie via Messenger avec Sandra Holtz: idéal pour prendre un peu de recul et se sentir mieux! 
– Visionner les films du Festival Objectifs d’Aventure, qui ont été mis en libre accès. 
– Visiter virtuellement des musées en ligne
– Cuisiner des recettes de cuisine du monde: cela permet de s’occuper, de s’évader et de se régaler! 
– Lire des blogs de voyage…Comme le mien, Carnet d’escapades 😉
X