PIERRE MAURER
Journaliste Bureau de Strasbourg DKL – Radio Dreyeckland
pmaurer@radiodreyeckland.com

Quel est votre état d’esprit dans la perspective du déconfinement ?

Paradoxalement, cette perspective de reprise m’inquiète davantage que l’entrée en confinement ! Tant de questions restent posées, même avec les éléments sanitaires qui ont été fournis par les pouvoirs publics. Ce qui est certain, c’est que la crise que nous traversons aura des répercussions sur notre quotidien pendant de longs mois. Cela concerne aussi bien notre vie privée que notre vie professionnelle… Il faut rester prudent et avancer à petits pas.

Comment vous êtes-vous organisé pour assurer la continuité de l’information ?

Le siège de notre groupe est basé à Mulhouse, ville confrontée très tôt au virus et à ses conséquences… Avant même le début du confinement, la direction avait recensé les besoins techniques pour pouvoir déployer les moyens de duplexs afin de continuer à travailler depuis chez nous. En tant que journaliste “excentré”, je dispose de moyens de transmission permanents. Les autres animateurs et journalistes ont été équipés de dispositifs identiques, appelés codecs dans le jargon radio. Cela nous a permis de basculer l’antenne de manière transparente pour l’auditeur, en passant d’émissions réalisées à plusieurs en studio à des programmes réalisés en direct toujours à plusieurs… mais d’endroits différents.

L’accent a été mis sur la pérennité de notre matinale “Debout l’Alsace”. Entre 7h et 10h, l’interactivité a été renforcée avec les auditeurs, un live vidéo est également proposé sur les réseaux sociaux.

Le travail de la rédaction s’est lui aussi adapté en conséquence : nos rendez-vous ont tous été maintenus, de 6h30 à 19h, en direct. Nous sommes moins sortis sur le terrain mais avons continué à informer grâce à des moyens alternatifs : inserts téléphoniques, duplexs, visio-conférences, etc. Enfin, nous avons renforcé le travail effectué sur les réseaux sociaux et notre site internet

Quelles sont les nouvelles habitudes professionnelles que vous aimeriez conserver ?

Nous avons pu prendre plus de temps pour traiter l’actualité, même si cette dernière est restée axée quasi-exclusivement sur l’épidémie et ses conséquences en Alsace (pas moins de 80 reportages, interviews et papiers réalisés en mars et avril). C’est un point positif qu’il faut essayer désormais de faire perdurer

La radio a été très plébiscitée pendant le confinement. Quelle est la valeur ajoutée de DKL ? 

Incontestablement, la proximité avec ses auditeurs alsaciens. Ils sont restés présents, que cela soit dans le soutien qu’ils nous ont accordé (en témoigne les dizaines de messages quotidiens reçus) ou dans l’interaction développée avec eux, dans les jeux, les appels à témoignage, à participer…

Dès le début de l’épidémie, nous avons également été le relais des initiatives dans les territoires : fabrication de gel hydroalcoolique, de masques, de visières, d’initiatives de portage de repas et de courses… Le premier de ces sujets remonte au 18 mars, soit au lendemain du début du confinement !

Que vous tarde-t-il de retrouver dans la pratique de votre métier ?

Le retour sur le terrain pour rencontrer mes interlocuteurs de visu ! Faire de la radio sous-entend récolter du son. Certes, cela se fait à distance mais la réalité et le contact du terrain sont irremplaçables ! Bien sûr, nous allons travailler un peu différemment les prochains temps, afin de rendre conforme la pratique du métier avec les contraintes sanitaires. Le recours à la perche en reportage en est une illustration… Mais c’est un petit mal pour un grand bien !

Quelle est la chose la plus étonnante que vous ayez faite pendant ce confinement ?

J’ai beau chercher… je ne vois pas ! Ma pratique professionnelle est restée assez identique à celle du temps “d’avant”, excepté les sorties sur le terrain…

Un dernier mot ?

Il me tarde de retrouver mon quotidien de reporter et surtout de revoir des gens… a vélo ! C’est ce qui m’a manqué le plus durant ce confinement Ne pas enfourcher mon deux-roues pour réaliser ma dizaine de kilomètres effectuée tous les jour. Mais le compte à rebours est désormais lancé !

X