“Face à la situation de crise que nous traversons, les étudiant.e.s universitaires souffrent d’angoisse et d’insécurité.

Une étude portée par le Centre National de Ressources et de Résilience a montré des taux élevés de symptômes sévères de santé mentale, à savoir : stress, anxiété, dépression et idées suicidaires. Les filles et les personnes non-binaires étant plus particulièrement touché.e.s. Les causes de ses symptômes sont l’isolement, des antécédents de suivi psychiatrique, avoir éprouvé des symptômes et la précarité dont certain.e.s sont victimes.

Dans le contexte des 2 tentatives de suicide rapprochées qui viennent, malheureusement, d’avoir lieu, nous invitons les journalistes à la plus grande prudence quant au traitement de ces faits. En effet, il convient d’éviter le catastrophisme qui pourrait maintenir ce climat.

Afin de prévenir un phénomène d’entrainement, il importe également de rappeler – dans chaque article – que des ressources d’aide psychologiques sont à la disposition des étudiants.

Il peut s’agir :

  • Des services de médecine préventive et de promotion de la santé des universités
  • De Fil santé jeunes : 0 800 235 236 (tous les jours de 9h à 23h)
  • Nightline, un service d’écoute entièrement dédié aux étudiants : https://www.nightline.fr/services-decoute
  • Du médecin traitant
  • En cas d’urgence, de contacter le 15

Nous restons à la disposition des journalistes et rédacteurs pour vous conseiller si besoin au 06 27 91 21 42 – papageno@f2rsmpsy.fr

L’équipe du programme Papageno”

X