juin 2021

202124juin11 h 00 min12 h 00 minINVIT PRESSE : Pascale Hugues, L'école des filles / Sainte-Madeleine11 h 00 min - 12 h 00 min Club de la presse Strasbourg-Europe

Lire la suite

Détails

Rencontre avec Pascale Hugues, à la faveur de la publication de son nouvel ouvrage “L’ÉCOLE DES FILLES” éditions des Arènes. A partir d’une photo d’enfance prise à l’école Sainte Madeleine à Strasbourg.

JEUDI 24 JUIN À 11H au CLUB DE LA PRESSE S’INSCRIRE

Elle sera dans notre ville du 23 au 27 juin, – rencontre à la Maison d’arrêt de Strasbourg le 25 juin et participation aux bibliothèques idéales le 27 juin 

L’ÉCOLE DES FILLES – paru le 27 mai 2021.

Pascale Hugues redonne vie aux destins ordinaires de la première génération de femmes émancipées.

Tout part d’une photo de classe de l’école Sainte Madeleine à Strasbourg « C’est en tombant sur une vieille photo de l’école primaire, la grande école comme nous l’appelions, que la question m’est venue : que sont devenues ces petites filles aux sourires de traviole tant on les force à être joyeuses le jour du photographe ? »

 

Un demi-siècle plus tard, Pascale Hugues retrouve douze de ses amies d’école. Elles lui racontent leur vie de femme : naissance dans un milieu très modeste, formation courte, premier boulot souvent pour la vie, mariage aussi pour la vie, enfants, construction de la maison à crédit, kilos en trop, crise de couple, « pur bonheur » quand arrivent les petits-enfants tandis que les rôles s’inversent et qu’elles nourrissent maintenant leurs parents à la petite cuiller.

 

Pascale Hugues fait le portrait d’une génération de femmes qui a grandi dans les années de grâce de la France du plein emploi et de la croissance à perte de vue.

 

Elles n’ont jamais connu ni guerre, ni catastrophe. Trop jeunes pour faire la révolution, elles envient les soixante-huitards. Ils sentent le gaz lacrymogène et le sexe, alors qu’elles, avec leur parfum de riz au lait et de savonnette, n’étaient que des mômes en 1968. Elles profitent des combats de leurs aînées : la pilule, l’avortement, le divorce par consentement mutuel, le droit de toucher un salaire et d’ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de son mari, d’aller en pantalon au travail.

 

Femmes anonymes et courageuses Ces femmes anonymes aux vies à première vue banales, dont on ne parle jamais, ont bataillé pour gagner leur indépendance, se défaire du moule dans lequel elles avaient été élevées et se libérer des injonctions qui leur sont faites depuis l’enfance.

 

Féministes ? Trop extrémiste. Pourtant toutes sentent encore aujourd’hui le pouvoir invisible que cette répartition des rôles exerce toujours sur elles.

 

Pascale Hugues est née en Alsace et vit à Berlin.

Elle a été correspondante de Libération de 1986 à 1989 à Londres et de 1989 à 1995 à Berlin

Depuis 1995 elle fait des reportages sur l’Allemagne pour l’hebdomadaire Le Point. Par ailleurs elle rédige tous les quinze jours la rubrique Mon Berlin pour le quotidien berlinois Tagesspiegel. À intervalles irréguliers elle publie également dans un quotidien, la Tageszeitung, et dans un hebdomadaire Der Spiegel.

En 1998, son premier livre Le bonheur allemand parait en France avec des reportages sur l’Allemagne et en 2008, elle publie l’histoire de ses grands-mères, Marthe et Mathilde, deux Alsaciennes, l’une française et l’autre allemande qui n’en ont pas moins passé côte à côte à Colmar presque tout le XXe siècle. 

En 2013, elle publie Rue tranquille dans beau quartier où elle raconte l’histoire des Juifs de la Schwäbische Strasse, dans le quartier bavarois de Berlin qui, à l’époque nazie, ont été déportés ou ont émigré.

Horaires

(Jeudi) 11 h 00 min - 12 h 00 min

Adresse

Club de la presse Strasbourg-Europe

10, place Kléber 67000 Strasbourg

X